In a Permanent Save State, l’advergame des droits humains

Surnommée l’usine à suicides, Foxconn est un fabricant mondial de matériel informatique. Implantée en Chine, en Inde, au Mexique, au Brésil, au Mexique et en République tchèque, en Slovaquie et en Pologne, elle fournit des composants électroniques à des entreprises informatiques mondialement connues telles que Apple, Motorola, Dell, Microsoft, Amazon, Nintendo, Hewlett-Packard, Samsung Group, BlackBerry , LG, Acer , Asus, Nokia, …

Considéré comme le plus important fabricant mondial du domaine et le plus grand exportateur, mais aussi, classé à deux reprises par Greenpeace en fin de liste sur 14 entreprises pour l’utilisation de produits toxiques et polluant dont l’arsenic, la chaîne a fait aussi couler beaucoup d’encre sur les conditions de travail de ses employés.

Et pour cause un taux de mortalité des employés bien au-delà des normes : des décès suspects dus à des intoxications mais aussi un nombre conséquent de suicides et de tentatives de suicide. On dénombre, sur ces 5 dernières années,  entre 250 à 400 morts.

Nombreuses enquêtes dénoncent des conditions de travail dignes d’un camp de forcenés : des journées de travail de plus de 15h, les ouvriers exposés au quotidien et sans protection à des substances toxiques comme le cuivre, le nickel, des gaz toxiques contenant des vapeurs d’acide ou du cyanure.

Screenshot_2013-07-06-12-55-22 Certaines dénonciations anonymes prétendent même que la firme volent les papiers et documents d’identité de certains de leurs employés pour supprimer leur existence légale et ainsi les forcer à travailler plus.

Il arrive aussi que les employés continuent à travailler sans percevoir leur salaire sur une période de plusieurs mois sans qu’ils n’aient le droit de se plaindre sous peine de renvoi.

Certains sont humiliés, maltraités moralement et physiquement, devant leurs condisciples et plus particulièrement les femmes. Sans parler de l’emploi d’enfants de moins de 15 ans.

Tout ça, évidemment, pour un salaire dérisoire répondant au salaire minimum et avec un horaire bien au-delà du travail maximum autorisé.

Réalisé par Benjamin Poynter,  In a Permanent Save State est un jeu posthume en hommage aux travailleurs qui se sont suicidés et pour dénoncer les violations des droits de l’homme que pratique Foxconn en Chine. Chaque étape représente la vie de 7 d’entre eux qui ont perdu la vie en se jetant du haut d’un immeuble tout en intégrant la philosophie et les croyances du peuple chinois.

Screenshot_2013-07-06-12-58-49 Classé dans la catégorie des Games for Change, le jeu dénonce la réalité de l’Ouest contre le rêve de l’Est pour un coût dévastateur de l’humain où la demande occidentale de plus en plus démesurée, entraîne les travailleurs chinois à augmenter leurs quotas de production au prix de leur vie.

Plus qu’un jeu dont l’atmosphère est très représentative de la situation, In a Permanent Save State vous emmène en “balade” émotionnelle, bouleversant par l’ambiance graphique et sonore.

Les Games for Change ont pour but d’interpeller, de dénoncer, de sensibiliser et de faire réagir. Et sur ce dernier, ce jeu a atteint son objectif puisque Apple l’a supprimé de son Apple Store, au même titre que Phone Story en les qualifiant de contenu répréhensible.

On déplore cependant, encore une fois, que le jeu ne soit pas multilingues, ce qui permettrait de toucher un public plus large.

You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “In a Permanent Save State, l’advergame des droits humains”

  1. […] on blog.seriousgame.be Posted in Non classé « Serious Game « L’égalité en jeu » […]

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :