La F1 virtuelle : à quoi sert un simulateur ? (partie 3)

See on Scoop.itSeriousGame.be

Depuis l’interdiction des essais privés, les simulateurs (cliquez ici pour découvrir la première partie de notre dossier et ici pour la deuxième) sont devenus un facteur clé de la réussite en Grand Prix. L’écurie McLaren l’a compris très tôt, elle qui développe sa machine depuis quinze ans. Quand il était arrivé de Brackley à Woking en 2010, Jenson Button avait été frappé par le degré de sophistication des installations : “Les simulateurs des autres équipes ressemblent à des jeux vidéo améliorés, mais la machine du Technology Centre est très proche de ce que l’on peut ressentir dans la réalité. Quand je suis installé, les ingénieurs sont assis derrière moi, et pendant que je pilote, je dialogue avec eux tout le temps, plus facilement qu’en essais.”

See on www.eurosport.fr

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :