Ma cyber auto entreprise, un serious game pour créer sa propre entreprise

mycyberautoentreprise04 Créer sa propre entreprise n’est pas des plus faciles. Il faut penser à beaucoup de choses en même temps et trouver le bon équilibre budgétaire surtout lorsqu’on démarre de peu.

Ma cyber auto entreprise est un Serious Game permettant d’aider les personnes désireuses de se lancer dans leur propre entreprise.

Le joueur a le choix entre 2 profils :

  • Une jeune femme, Emma, qui veut démarrer une activité de confection de bijoux fantaisie et qui est employée à mi-temps,
  • Sami, au chômage qui voudrait démarrer une activité d’assistance en informatique.

mycyberautoentreprise01 Au cours du jeu, il apprendra à développer son entreprise par différents moyens selon les besoins nécessaires, se faire des contacts professionnels, fréquenter les endroits stratégiques, trouver des clients et des fournisseurs, choisir un logo, un nom, une adresse mail, prospecter, …bref, se donner les meilleurs moyens pour le bon développement de son entreprise.

mycyberautoentreprise02 Ma cyber auto entreprise vous permettra de tester vos compétences d’auto-entrepreneur et au final, vous éclairera sur tous les pièges à éviter pour réussir votre activité.

En fin de jeu, vous recevez vos résultats sous forme de score et pouvez accéder à un tableau détaillé selon vos comportements au cours du jeu.

You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Ma cyber auto entreprise, un serious game pour créer sa propre entreprise”

  1. […] My Cyber auto-entreprise pour connaître les clés du succès lorsqu’on crée son entreprise […]

  2. blogoosphere dit :

    Bonjour, il ne s’agit que d’un jeux, même s’il est sérieux. Sans être « rabat-joie », prendre en compte que le sénat serait en train de mettre au point le fait que le statut d’auto-entreprise (juridiquement fort intéressant pour « se lancer », mais pas seulement), ne pourrait durer plus de trois ans. Sans doute l’effet d’une concurrence créée par ce statut compétitif fiscalement, auprès des entrepreneurs à statuts plus classiques (eurl, sarl), et bien plus coûteuses en frais de fonctionnement.
    D’autre part, cet « outil » est utilisé dans certains cas pour sous-traiter de cette manière, permettant d’éviter de prendre des collaborateurs sous forme de CDI. Cordialement

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :