Utilisation des mondes virtuels dans un cadre pédagogique

Quoi de mieux qu’une visite virtuelle 3D pour présenter une conférence sur l’utilisation des mondes virtuels en pédagogie ? C’est ce que nous a proposé l’équipe de Métalectures, le 2 avril 2013 sur Francogrid dans OpenSim et présentée par Yann Minh.

Loin d’être une première puisque l’équipe de Métalectures en organise régulièrement dont le but est d’offrir des solutions innovantes dans l’univers du livre et de la lecture francophones, et explorer de nouvelles formes de médiation autour du livre.

Pour les néophytes, je vous relaie ici une définition claire et concise de Bernard Lamailloux sur ce que sont les mondes virtuels dans le cas qui nous occupe :

OpenSimulator, souvent appelé OpenSim, est un monde virtuel. Concrètement, il s’agit d’un serveur OpenSource utilisé pour héberger des mondes virtuels. Il est parfois présenté comme l’alternative libre de SecondLife.

Francogrid est une communauté francophone qui a créé une grille (à moins que ce ne soit une hypergrille ?) visible dans le monde virtuel OpenSimulator.

Métalectures est le premier environnement « web 3D immersive » conçu pour présenter, expérimenter et développer des solutions innovantes dans l’univers du livre et de la lecture francophones, et explorer de nouvelles formes de médiation autour du livre.

Imprudence est un « viewer » (navigateur spécifique aux univers virtuels) utilisé pour naviguer dans OpenSimulator. Il en existe plusieurs.

L’utilisation des mondes virtuels dans un cadre pédagogique

yannminh2Yann Minh est un artiste multimédia, fondateur des Noonautes en 1997, il est spécialisé dans la cyberculture et les mondes persistants et se décrit souvent comme un NooConteur cyberpunk. Il utilise les jeux vidéo en milieu pédagogique dans les grandes écoles pour enseigner l’histoire de l’art et les sciences via Unreal Tournament et les mondes persistants dans OpenSim et SecondLife, mais également des applications WEB 3D basées sur Unity3D.

Bien que très documentée sur les mondes virtuels 3D pour mes conférences et mon ouvrage sur les Serious Games, j’avoue ne m’être jamais attardée dans ces espaces dématérialisés, si ce n’est quelques balades par-ci, par-là.

yannminh3 Cependant, ma toute première expérience vraiment concrète fut la conférence virtuelle De l’Iliade aux mondes virtuels de Marco Bertolini basée sur les systèmes de mémorisation à travers l’histoire que je vous conseille vivement de visionner à travers cette vidéo, sujet lié de près à ce qui nous occupe mais j’y reviendrai plus loin.

Hormis quelques petites péripéties, non sans humour, je n’ai pas eu trop de difficultés à séjourner, le temps de la conférence, dans ce monde intemporel qui, il est vrai, est une expérience très enrichissante et motivante. Déjà, une première caractéristique des Serious Games, joignant le ludique au sérieux.

Mais revenons à notre thème initial qu’est la pédagogie dématérialisée par Yann Minh.

Yann Minh utilise notamment Unreal Tournament dans lequel vous avez la possibilité de créer vos propres niveaux de jeu. C’est donc par ce biais qu’il a créé un niveau comme support pédagogique intitulé NooMuseum, un musée virtuel consacré à la préhistoire de la cyberculture.

Les bienfaits du virtuel

yannminh4 Yann Minh nous explique, dans sa conférence, le principe fondamental de l’art de la mémoire en nous remémorant la légende de Simonide de Céos, expliquée plus en détails par Marco Bertolini, et c’est là qu’on y revient, dans sa conférence que vous pouvez retrouver plus en détails sur son site parmi nombreux articles richement documentés et, plus particulièrement dans Arts de la mémoire : comment utiliser le palais de mémoire ?

Le principe fondamental de l’art de la mémoire consiste donc à reproduire en virtuel un déplacement physique du réel en se rapprochant des vieilles techniques d’enseignement de la Grèce antique où le maître se déplaçait en un lieu accompagné de ses disciples. Ainsi vous pouvez donc, par exemple, utiliser Notre-Dame de Paris en s’arrêtant sur les sculptures qui s’y trouvent pour raconter quelque chose aux personnes qui l’accompagnent comme dans une réelle visite guidée.

Le fait de se déplacer dans un espace physique permet d’ancrer, de fixer la mémoire, d’associer à un déplacement géographique des informations culturelles. C’est le principe de la mnémotechnique, méthode qu’aurait inventée Simonide de Céos qui consiste à associer lieux et images.

yannminh Le monde virtuel utilisant cette pratique, l’enseigné s’y retrouve aussi plus actif et quand bien même, il visite les lieux, son écoute reste toujours attentive à ce qui est dit et fera appel à sa mémoire visuelle par la suite.

On peut ainsi facilement créer à partir de cubes des panneaux en modifiant la texture par des illustrations au lieu, par exemple d’utiliser un power point.

Toujours selon Yann Minh, d’ici une dizaine d’années, cette pratique va devenir une technique courante dans le monde pédagogique.

Toute personne peut créer facilement un univers 3D via OpenSim ou SecondLife, que ce soit pour un cours ou à d’autres fins, sans pour autant avoir une expertise en 3D ou en programmation comme cela est requis dans Unreal Tournament ou Unity3D. La réalisation de mondes virtuels 3D est donc accessible pour tout amateur connaissant un peu l’informatique sans forcément avoir une expertise en 3D ou en programmation.

Certains enseignants le pratiquent déjà sur Francogrid comme c’est le cas, pour ne citer que lui, de Sébastien Simao, alias Tao Vacano avec ses élèves qui ont reconstruit leur lycée où vous pouvez trouver nombreux renseignements de sa pratique sur son blog dédié Maths à l’Estaque, lequel fait partie du groupe Métalectures avec lequel il a initié les conférences éducatives sur la Francogrid.

En conclusion, je ne vous cacherai pas qu’il est essentiel de connaître un minimum l’outil pour pouvoir déambuler dans ce monde virtuel et ce ne fut pas sans difficultés en ce qui me concerne. Néanmoins, les mondes virtuels sont un bon moyen d’intéresser les plus découragés qui y trouvent une pédagogie active en suscitant la participation et l’engagement. Et si, pour le néophyte, l’appropriation de l’outil se heurte à quelques difficultés au début, c’est encore une preuve certaine que, comme je le répète sans cesse dans mes conférences, les mondes virtuels et les Serious Games n’ont pas la prétention de prendre la place d’un pédagogue, mais est bien un outil au même titre qu’un livre, un documentaire ou tout autre support permettant d’agrémenter un cours.

Watch live streaming video from fglive at livestream.com